L'exécution d'astreintes ne constitue pas un droit pour le salarié

Déc 18, 2012Droit des associations et des ESMS, Droit social

}

Temps de lecture : 1 minutes

Un employeur faisant régulièrement effectuer des astreintes à ses salariés peut-il exclure certains d’entre eux du dispositif ?

 

Selon la Cour de Cassation, il n’existe pas de droit acquis à l’exécution d’astreintes sauf si l’employeur s’est engagé vis-à-vis du salarié à ce qu’il en exécute un certain nombre.

 

A défaut d’un tel engagement, seul un abus de l’employeur dans l’exercice de son pouvoir de direction peut ouvrir droit à indemnisation.

Il appartient au salarié de prouver que son employeur ne respecte pas un engagement antérieur, ou qu’il y a abus de sa part.

La Cour de Cassation avait déjà jugé que lorsque l’astreinte est une sujétion liée à une fonction et que le titulaire de celle-ci n’y est pas systématiquement soumis, sa suppression ne constitue pas une modification du contrat de travail (Cass. soc. 15 décembre 2004 n° 02-43.233 et 13 juillet 2010 n° 08-44.092).

L’astreinte ne constitue pas un avantage contractuel, mais relève des conditions d’exécution de la prestation de travail, c’est-à-dire du pouvoir de direction de l’employeur.

Cass. soc. 10 octobre 2012 n° 11-10.454 (n° 2132 FS-PB), Sté Autoroutes du sud de la France c/ Perret

 

Ces articles pourraient vous intéresser

La monétisation des jours de RTT

La monétisation des jours de RTT

La loi de finances rectificative pour 2022 prévoit la possibilité pour les salariés de « monétiser » leurs jours de réduction du temps de travail non pris (RTT), acquis au titre des périodes postérieures au 1er janvier 2022 et jusqu'au 31 décembre 2025 (L. no...

lire plus